Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : JUSSAC: RETRAITE SPORTIVE DE LA VALLEE DE L'AUTHRE - RSVA
  • JUSSAC:   RETRAITE SPORTIVE DE LA VALLEE DE L'AUTHRE - RSVA
  • : Sous l’égide du CODERS,crée en 2007 l'association a pour vocation de: 1)Favoriser le développement de la pratique des activités physiques et sportives adaptées au temps de la retraite, sans idée de compétition, dans le respect des règlements techniques des disciplines sportives,et des règles de sécurité. 2)Valoriser la préservation du capital santé des pratiquants sportifs avançant en âge. 3)Promouvoir la convivialité par la pratique en groupe des activités physiques et sportives
  • Contact

CONTACTS

Antoine SENAUD:  antoine.senaud@orange.fr

POUR NOUS TRANSFERER VOS PHOTOS:

RS.JUSSACOISE@LAPOSTE.NET
 

PLANNING DES ACTIVITES

AQUAGYM: Le Lundi 9H45-10H30 Centre aquatique - Aurillac

DANSE: Le Mercredi 14H30-16H S-Polyvalente - Jussac

MARCHE NORDIQUE: Le Lundi 13H30 en entente avec le club d'ytrac

Le Jeudidi 13H30 S-Polyvalente - Jussac

RANDONNEE: Le Lundi 13H15 ou 13H30  S-Polyvalente - Jussac
Le Vendredi 8H00 ou 9H00  S-Polyvalente - Jussac - Tous les 15 jours

TIR A L'ARC: Le jeudi 9H-10H30 Complexe Sportif - Naucelles
 

YOGA: Le Jeudi 16H45-18H15 Centre de loisirs - Jussac

 

RANDONNEE

POUR AGRNDIR :

CLIQUEZ CI-DESSOUS

 

 

Chaussures de marche à tige rigide et semelles crantées obligatoires prévoir boisson et barre énergétique

Par mauvais temps les sorties peuvent être annulées ou modifiées

En fonction de l'enneigement, il sera proposé des sorties en raquettes tout en maintenant les autres randonnées du Lundi.

http://www.rsjussacoise.fr/ 2017/03/plannings-randonnees-avril-mai-juin.html

Categories

20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 11:31

Nous étions pratiquement le double de la précédente ballade, à parcourir les 11Kms sous une atmosphère plutôt frisquette. Annie et Gérard de retour de l'île de beauté ont sûrement ressenti ce contraste de climat. Malgré tout, au gré du parcours et notamment à l'abri dans les bois , des montées de sueurs nous ont permis de tomber une couche de polaires. Sur les hauteurs, sous une bise durement ressentie, nos visages prenaient le bon teint des campagnards. Au grand bonheur des traqueurs de cèpes, la cueillette a été fructueuse, en beaux et gros échantillons. Prés du cite de la mine, une cabane de chasseur a fait office d'abri, le temps d'une pause ravitaillement, dans une ambiance  bon-enfant entretenue par notre boute-en-train et pétillante Amie.

De retour à Leucamp , une douzaine , parmi nous, ont profité de l'intéressante initiative de Dominique qui avait organisée la visite de la Maison des Mineurs. Suivant les échos des uns et des autres c'est vraiment une visite à faire par l'intérêt qu'elle suscite à travers les nombreux commentaires et les visuels qui jalonnent cette visite, le tout pour une somme très modique.

100 9105 

leucamp

Pour les plus chanceux les cèpes , pour les autres il reste les châtaignes !!!

100 9103

 100 9104

Première trouvaille, deux beaux siamois.

 

 100 9107

100 9109

100 9120

100 9123

Pour l'anecdote, la plupart des cèpes ont été trouvés lors d'un déroutement pour soulager une envie présente.

Doit-on en déduire l'importance de l'envie à la grosseur des champignons ? Si l'info est exacte ; à ce petit jeu , Léa et Jeannot se seraient bien soulagés!!

100 9124

Une vraie mise en garde, mais ,à la vue de ses crocs, l'animal parait approchable bien plus sympathique que dangereux !!! 

Merci à la joie de vivre et à la bonne humeur communicative de notre appréciable randonneuse.

100 9127

La Mine de wolfram de LEUCAMP

Leucamp, petit village de la Châtaigneraie a connu une période de grande activité dans la 1ère moitié du 20ème siècle grâce à sa mine de wolfram dont voici l'histoire.

Mineurs dans le Cantal (ou l’utilité d’un cireur de parquets dans l’économie nationale).

Issu d’une famille modeste, un jeune cantalien * qui habitait Leucamp **, était comme beaucoup « monté » à Paris pour gagner sa vie.

Un jour de 1910, il se trouvait exercer ses fonctions de cireur de parquets, chez Monsieur Grove, un ingénieur anglais professeur de chimie.
Celui-ci avait sur son bureau, en guise de presse-papiers, deux blocs de Wolfram venus de Borralha au Portugal.

Notre jeune domestique en fit tomber un, par un geste maladroit, et fut tout surpris de la réaction de son employeur :
- «malheureux, fais donc un peu attention, ces pierres sont rares et précieuses !
- mais Monsieur, chez nous il y en a de pleins tombereaux et elles servent à empierrer les chemins.
- Tais-toi donc, ignorant, tu ne sais même pas de quoi tu parles !».

Aux vacances suivantes le cantalou lui ramena un plein sac de ces «pierres précieuses». Stupeur de l’ingénieur. Quelques temps plus tard la Faculté débarqua dans le petit village de Leucamp…

Le Wolfram, plus communément appelé Tungstène, est principalement constitué de Wolframite et de Scheelite. Grâce à son point de fusion très élevé, 3390 ° C, il est utilisé pour la fabrication d’acier résistant à l’usure, à la corrosion, et aux hautes températures.

En 1917, la concession de Leucamp est accordée à la Compagnie des forges et aciéries de la Marine et d’Homécourt. La mine connaît une intense activité à la fin de la guerre, mais son exploitation est laborieuse et les travaux sont suspendus en 1919. Elle est réouverte en 1941 et sa capacité est augmentée. L’activité se poursuivit jusqu’en 1958.
Mais la Chine produit à bas prix, et les cours du Tungstène s’effondrent. En 1959, la mine est arrêtée, et de nouvelles réserves, mises en évidence, sont conservées en attente de jours meilleurs.

Le gisement avait été reconnu comme le plus important du district, avec ceux d’Enguiales et de Teissières les Bouliès.
A Teissières*, l’exploitation de la mine anima le bourg d’une activité folle, et les commerces et les cafés étaient florissants. La plupart des mineurs étaient des fils de paysans, bien heureux de trouver là un complément financier aux produits de la ferme. Mais d’autres qui n’y travaillaient pas, l'accusaient de détourner la main-d’œuvre dont ils avaient besoin pour les terres. Certains racontent encore : «lorsque le minerai sortait, on le nettoyait à la laverie, puis il passait sur une trémie qui le versait dans un broyeur. Il en ressortait sur un tapis roulant, où des hommes retiraient les mauvaises pierres. Par un nouveau concassage, on obtenait du sable qui passait sur la table à secousses et qui triait encore le quartz et le wolfram, pour finir dans un four où l’on brûlait le gaz très toxique contenu dans le sable. La fumée brûlait toute la végétation. Après un dernier tri magnétique, le métal, à forte densité, était mis en sac pour partir à Laval de Cère, où il était fondu».

Il y eut quelques ouvriers espagnols, et quelques prisonniers allemands pendant la guerre. A cette époque aussi,  bien des jeunes y trouvèrent à se dissimuler du S.T.O. Ils renforcèrent souvent les effectifs du Maquis. Le Mont Mouchet n’était pas loin.


« Il faut-dire que le Directeur, qui n’était pas d’ici, était un grand résistant. Certains des jeunes partaient attaquer des convois allemands, du côté d’Entraygues. Cette mine, c’était un foyer de la Résistance, et beaucoup de mineurs qui n’étaient pas en règle, se cachaient là ».

« Le travail était rude, l’extraction se faisait à la main, au burin et à la masse, mais on ne ménageait pas sa peine car on était bien payé, et l’ambiance était bonne».

«Plus tard on a eu les premiers marteaux piqueurs, et pendant l’occupation c’était un tracteur prêté, qui faisait tourner le compresseur. La tentation était forte de forcer sur la production et les heures, pour gagner plus, et des problèmes de santé commencèrent à apparaître. Mais on ne voulait pas trop s’en apercevoir, car c’était le seul travail offert dans la région».

«Il y avait bien des masques, mais on ne les portait pas toujours. On faisait aussi couler de l’eau sur les perforateurs, mais ça tournait moins vite et ne faisait que de la boue. Parfois, quand on minait à l’explosif, il fallait attendre que la poussière retombe, et l’on en respirait beaucoup».

«J’ai failli y mourir  deux fois ! La première, dans une galerie que l’on venait de miner. J’avais mis le masque à gaz que l’on nous donnait, mais sans savoir qu’il ne protégeait pas du gaz carbonique. Je suis tombé évanoui, et j’y serais resté si je n’avais pas été sorti de là par un prisonnier allemand. Une autre fois, en voulant arrêter un wagonnet qui avait échappé aux manœuvres».

Au début, l’affaire était mal gérée. Les mineurs étaient payés à l’avancement dans les galeries. Le filon était étroit, guère plus de quarante centimètres d’épaisseur, alors pour avancer plus vite, on chargeait dans les wagonnets plus de déblais que de minerai.

Puis le propriétaire changeant, le matériel se modernisa et l’affaire devint rentable. En 1957, la tonne de Wolfram se vendait 1 000 000 de Francs. Puis l’on vit arriver de Chine, du minerai identique à 300 000 Francs la tonne, et la mine fut fermée.

Des mineurs y laissèrent leurs poumons sous l’effet de la silicose, mais aujourd’hui encore, ils en parlent avec nostalgie, et à la Sainte Barbe on se retrouve toujours, au banquet des mineurs, et l’on chante «la chanson des mineurs», sur l’air des «Maçons de la Creuse»…

Marcel Andrieu

* Urbain Bramarie, un Leucampois originaire du hameau du Cap-del-Prat

**Leucamp et Teissières les Bouliès, sont deux communes voisines, du Cantal, d’environ 220 à 250 habitants.

(i Ces informations ont été recueillies en collaborant à l’élaboration d’un musée de la mine, à Leucamp, et de diverses sources dont la publication «Vivre en Châtaigneraie» éditée par I.E.O. Cantal

100 9097

L'ALBUM SUR PICASA: LEUCAMP

Partager cet article

Repost 0
B.L rsjussacoise - dans RANDONNEE
commenter cet article

commentaires